alaiya: (lecture)
Il faut absolument que je vous parle de ce manga, injustement méconnu.

Genre: gothico-angsty-urbano-post-apocalyptico-bourrin
Auteur: Shirow Miwa
Nombre de tomes (en français) à ce jour: 3 + 1 recueil de quatre histoires présentant les quatre protagonistes principaux, le tout chez Panini Comics
Public: averti (pour la violence)
Animation: ça serait sorti il y a quelques semaines que ça ne m'étonnerait pas...
Potentiel de khyattage: 4/5

Dans un monde post-apocalytique où les hommes sont allés tellement loin dans la technologie que ce qui reste n'est pas vraiment pas beau à voir, les conséquences et séquelles des nombreuses et incontrôlées manipulations génétiques réalisées par le passé, induisent des tensions entre les différents clans mafieux qui tiennent la ville. En effet, les rejetons de ces expériences - les enfants hybrides - constituent des proies précieuses pour ceux qui décident de s'en servir à des fins particulièrement malsaines. Certaines personnes tentent de juguler ce phénomène, mais rien ne se fait sans casse, sang et mort. Par ailleurs, sous la ville s'étend un monde souterrain au sujet duquel courent les plus folles rumeurs et où nul n'ose s'aventurer sans une bonne raison. Et pour cela, encore faut-il en trouver l'entrée... et être capable d'en revenir.

Dans cet univers évoluent quatre personnages principaux:



- Heine (l'emo de service): Jeune homme au passé mystérieux qui a pour caractéristique essentielle d'être capable de se sortir de n'importe quelle situation, en jouant des (oui, des) flingues et surtout en passant en mode berserker. Et ça fait peur. Capacités de régénération maximales, force et puissance peu communes. En gros, Heine, pour qu'il crève, il faut lui détruire la cervelle. Arbore sur la nuque un demi collier en métal qui ne semble pas sans rapport avec ses facultés très "spéciales". (3ème en partant de la gauche)

- Badow: rouquin nonchalant et déguingandé, un bandeau sur l'oeil droit, et une cicatrice dans la paume. Job: indic, enquêteur et accessoirement partenaire de Heine. Spécialiste des situations foireuses. Fumeur invétéré qui ne supporte pas le manque de nicotine. Qui ne le supporte vraiment pas.  Avec Heine, il accomplit des missions en rapport le sauvetage d'enfants hybrides (4ème en partant de la gauche).

- Naoto: jeune femme mystérieuse (oui, encore!) souvent habillée en noir, et trimballant en permanence un katana. Sa poitrine est marquée d'une vilaine cicatrice en forme de X, qu'elle a hérité de son enfance, du jour où ses parents ont été massacrés sous ses yeux par un assassin anonyme qu'elle n'a de cesse de retrouver (2ème en partant de la gauche).

- Mihai: homme d'une quarantaine d'années, assassin à la retraite, dénué de tout sens de l'orientation et d'un curieux sens de l'humour. Il se caractérise par une carrure imposante et un corps constellé de cicatrices. Il connaît Badow et Heine, qu'il a ponctuellement aidés par le passé et qu'il croise souvent dans le restaurant dont la propriétaire est une de ses grandes amies (4ème en partant de la gauche, en arrière plan).


Quelques personnages secondaires également:

- Giovanni et les horripilantes jumelles: les trois semblent connaître très bien Heine et Giovanni prendre un malin plaisir à faire sortir Heine de ses gonds. A noter que les jumelles disposent de capacités identiques à celles de Heine (1ers en partant de la gauche).

- Bishop et Nill: le premier est un prêtre aveugle un peu "particulier" (avec un fétichisme affiché pour les robes de petites filles...) et la seconde est une enfant hybride muette, sauvée par Heine.


Sur le fond, l'histoire a l'air pas mal ficelée. Ce qui n'apparaît au début que comme une succession de missions - rémunérées - accomplies par la paire Heine/Badow, trouve assez rapidement un sens, avec des liens qui sont petit à petit mis en lumière et laisse présager une trame complexe et étendue. Il me semble absolument nécessaire de commencer la lecture par le recueil des quatre histoires, car non seulement on apprend à connaître les personnages mais aussi et surtout, si ces nouvelles ne vous plaisent pas, il n'est pas utile d'aller plus loin. Ceci dit, Panini Comics a bien géré son entrée en matière en choisissant cette stratégie: pour ce qui me concerne, c'est ce qui m'a fait acheter le tome 1, puis les suivants au fur et à mesure de leur parution.
En dépit de la noirceur de l'histoire - on ne peut pas dire que nos "héros" aient des vies paisibles et particulièrement heureuses - quelques notes d'humour surviennent ponctuellement (et pas de SD, ouf, merci!), souvent ironiques et mordantes. De plus, il n'y a quasiment aucun temps mort et ce, tenant compte en plus du fait que les scènes de baston ne s'enchainent pas. Et c'est heureux. Bien sûr il y en a, mais l'auteur parvient à alterner judicieusement l'action et les scènes d'exposition et d'explications.

Et enfin, la forme: alors là, pour ce qui me concerne, je suis sous le charme. L'auteur maîtrise le N&B avec une perfection ciselée qui fait complètement oublier la quasi-absence de décor et de trame. Le style est nerveux et précis, l'action est lisible, et surtout, surtout, cette dichotomie parfois violente entre le blanc et le noir contribue pour beaucoup à l'ambiance de l'histoire. A noter aussi que les personnages "non jeunes" comme Mihai par exemple, bénéficient d'un traitement graphique assez européen je trouve et dans l'ensemble, les personnages, quelqu'ils soient, sont très clairement identifiés et ne se ressemblent en aucune façon.

Le seul bémol que j'émettrai concerne au tout début la difficulté à clairement identifier les clans mafieux (mais dans le tome 3, c'est déjà beaucoup plus clair) mais aussi les "jumelles". Une paire de personnages censés a priori insister sur le contraste kawai/violence, mais franchement, elles sont assez horripilantes. Toutefois, elles sont loin d'être omniprésentes, et dans tous les cas, apparaissent bien plus "utiles" dirons nous dans le tome 3 que dans le 2. De fait, la side story les concernant en fin de tome 2 est hautement dispensables.


Pour conclure, il s'avère quepour l'heure, je suis totalement conquise et j'attends le tome 4 avec impatience, tant le 3 se finit sur une multitude de questions hautement indispensables.


Bleach

22 March 2009 02:32 pm
alaiya: (bleach)
Ok.

J'ai vu l'épisode 211 hier.

J'ai tenu tout ce que j'ai pu... mais je n'ai pas pu résister. Je suis en train de rattraper les scans, parce que ce n'est pas possible autrement, faut que je sache!

Là, j'en suis au chapitre 320 et je viens de tomber là-dessus...


C'est pas une perche... c'est une poutre! XD

(j'y retourne, des fois qu'il y ait d'autres "indices" du même acabit... gniark!)

alaiya: (bleach)
Ah.

Ah!

Aaaaaahhh!!!!!
Bleach, c'est bien mais ça spoile^^ )

N'heureuse je suis.

alaiya: (yaoi)
"Yellow" est un boy's love de Makoto Tateno en 4 tomes. Il convient de noter qu'Asuka a acquis la licence pour une édition française.

Goh et Taki sont deux jeunes hommes de 22 ans, qui font équipe en tant que snatchers. il s'infiltrent dans différents milieux en vue de réaliser des missions confiées par le propriétaire du bar le Roost. Il s'agit généralement pour eux de voler/récupérer de la drogue auprès de gangsters divers et variés, mais parfois il peut s'agir d'autres marchandises toutes aussi douteuses. Les deux protagonistes mettent à profit leurs talents de combat ou d'infiltration et mènent à bien leurs missions.

De ces deux-là, on ne sait pas grand-chose car le début de l'histoire nous immerge dans leur travail quotidien. Comment se sont-ils rencontrés, quels sont leurs passés, toutes ces questions demeurent en suspend. La seule certitude qu'on acquiert dès le début est la suivante: Goh est irrémédiablement gay (et amateur de chairs plutôt "fraiches") et Taki désespérément (du point de vue de Goh) hétéro.

Evidemment, Goh est raide dingue de Taki, et tout aussi évidemment, Taki lui oppose une fin de non-recevoir. Au delà du sérieux des enquêtes qu'ils mènent, on assiste à quelques scènes comiques relatives aux tentatives de Goh, qui se soldent toutes par des échecs cuisants. Mais ce status quo va-t-il durer?

Le tome 1 pose et présente les personnages, leurs activités, quelques uns des personnages secondaires et permet de commencer à identifier le mode de fonctionnement des deux héros. Les enquêtes se succèdent  - se finissent bien la plupart du temps - et on découvre surtout les principaux traits de caractère des deux garçons: Goh est désinvolte et aime bien prendre des risques inconsidérés, Taki est plus posé et plus réfléchi. Dans l'ensemble, Goh est le corps quand Taki est la tête. Au-delà de la drague ouverte de Goh, il ressort tout de même que les deux sont avant tout très attachés à leur partnership, qui fonctionne très bien et se montre d'une efficacité redoutable.

Esthétiquement, c'est plutôt très réussi. Bien sûr, on retrouve les ingrédients esthétiques classiques du genre mais l'auteur s'attache à ne pas marquer une trop grande différence physique entre les deux personnages, en terme de carrure, et les met sur un pied d'égalité de ce point de vue, même s'il apparaît tout de suite évident que Goh est le dominant. Le trait de Tateno est très agréable, très fin, très shojo, et de grande qualité, notamment au niveau des corps et des visages. Le seul bémol concerne les mains qu'elle ne semble pas maîtriser encore totalement.

Sur le fond, en dépit du faible nombre de tomes, l'histoire est bien menée de bout en bout. En effet, si les tomes 3 et 4 sont relatifs à une seule et même histoire, l'arc majeur du récit puisque c'est dans le cadre de celui-ci que le passé de Taki est enfin dévoilé, les conséquences dudit arc apparaissent logiques tant, au final, Tateno a soigneusement préparé le terrain au cours des tomes 1 et 2. On ne s'en rend compte qu'à la fin, d'ailleurs.
Peu à peu la relation entre Goh et Taki évolue; le premier qui nous est montré plutôt frivole de prime abord fait preuve de plus en plus d'introspection au fur et à mesure, et dévoile par des moyens détournés toute l'importance que Taki a pris pour lui. Quant au second... c'est finalement lui le vrai héros de l'histoire. Lui et l'amour. La façon dont Tateno l'amène à changer et à s'ouvrir est vraiment judicieuse et une certaine forme de logique prend corps en dépit du postulat de départ. Il ne s'agit pas ici de trop spoiler mais au delà de l'aspect graphique (plutôt sage, à noter) et de satisfaction des lectrices, ce qui est vraiment intéressant est le traitement de la relation qui dépasse, à un certain moment, la simple satisfaction physique.

Bref! J'ai passé un excellent moment en lisant "Yellow" (en anglais, mais ça se fait très bien) et surtout, je me suis attachée aux personnages, qu'ils s'agisse des protagonistes principaux que les personnages secondaires. A mon sens le plus important, ce qui est signe de crédibilité pour ce genre d'histoire. Alors si vous avez l'occasion... faites-vous plaisir!







alaiya: (vassalord)
Grunt >.<

Le tome 2 de Vassalord avait été annoncé pour le 22/10, puis repoussé au 13/11 et voilà que maintenant, il sortirait le 03/12!

Encore une série qui démarre mal sous nos contrées...


Ce qui rassure quelque part, c'est qu'il y aura au moins un tome 3 au vu des derniers chapitres sortis.

*croise les doigts*
alaiya: (Default)
One shot yaoi de Setona Mizushiro, paru chez Asuka il y a quelques mois.

hop, avis et critique^^ )
alaiya: (Default)
Oui, le truc que j'ai feuilleté avant-hier et dont l'esthétique m'a obligée à le faire passer en caisse...

Bref, je l'ai lu ce matin et... je suis enchantée!

Synthèse et avis^^ )
alaiya: (Default)
Le soleil, c'est dangereux. Parce qu'il réveille ma fièvre acheteuse laquelle a hiberné pendant de nombreux mois. Seulement, dès qu'un rayon se pointe, ma CB frétille au fond de mon portefeuille, alors il faut que je la sorte. Je fais ça pour sa santé hein, pas contrariante la fille.

Alors, côté dernier achat en mangas (décision prise suite au visionnage d'un AMV de l'anime), voici ce que j'ai trouvé. Attention, spoils possibles sur le second lien...

Yami no Matsuei: limite yaoi (et pour le tome 3, je pense qu'on peut enlever le "limite" d'ailleurs), plutôt sympathique bien que très TRES classique, et marqué par une inspiration Clampesque assez évidente. Edité chez Tonkam Shojo sous le titre affriolant "Les descendants des ténèbres". Sérieux, éditeurs de tout poil, parfois, vous feriez mieux de conserver les titres originaux. Histoire d'être un tantinet plus crédibles.
Concernant l'histoire, nous avons trois protagonistes mâles (sans blague): Asato Tsuzuki (le brun aux épaules larges: le gentil seme) et Hisoka Kurosaki (le frêle blondinet: le gentil uke torturé) qui forment le tandem principal et Kazutaka Muraki (le gris - sic - aux épaules larges: le méchant seme ultime). Quand je vous dis "classique"...

Les deux protagonistes principaux sont des shinigamis dont le rôle est d'aller à la pêche aux âmes qui se sont attardées sur Terre pour diverses raisons. Dans le cas présent, les deux héros sont des humains décédés qui sont demeurés très attachés à certaines choses de leur ancienne vie (lesquelles constituent un mystère tout au long de l'intrigue) et dont la force du lien conservé est telle qu'ils gagnent le droit de devenir shinigamis et de pouvoir revenir sur terre.

[Oui, je sais ce que vous allez dire: le nom Kurosaki et la fonction de shinigami, ça fait beaucoup. Yoko Matsushita doit être fan de Bleach, c'est pas possible autrement.]

Bref! On suit le tandem sus-cité au cours de leurs missions et enquêtes, tandem qui apprend à se connaître et à s'apprécier même si ça part plutôt mal au début. Le rythme de l'histoire est plutôt soutenu dans l'ensemble, notamment à partir du tome 3, comme pour la plupart des mangas d'ailleurs. Beaucoup d'humour (trop à mon goût cela dit) mais aussi des dessins très agréables à l'oeil et des personnages malgré tout très attachants. Le scénario est plutôt bien foutu dans l'ensemble, on devine que chacun des protagonistes cachent des secrets bien glauques comme il convient, le tout sur fond de relations plus qu'ambigües et imbriquées dans un triangle sadique du meilleur goût.

Très clairement, ça ne révolutionne pas le genre, loin de là. Mais l'esthétique couplé à un rythme trépidant permettent de passer un agréable moment, le cerveau bien évidemment déconnecté. Pour l'instant, j'en suis rendue à 3 tomes, j'en ai donc 7 de retard, mais je pense que je vais poursuivre, je veux savoir ce qui se cache dans le passé des personnages.

Oui, je suis faible.

April 2012

S M T W T F S
123456 7
8 91011121314
1516171819 2021
22232425262728
2930     

Syndicate

RSS Atom

Most Popular Tags

Style Credit

Expand Cut Tags

No cut tags
Page generated 26 September 2017 05:29 am
Powered by Dreamwidth Studios